Patrimoine

Videlles est un charmant village, blotti au fond d’une vallée sèche, qui fut jusque vers les années 1960 à l’écart des axes de circulation. Ainsi, le village avec ses neuf hameaux ou fermes isolées, a gardé, et cultivé même, son caractère rural.

 

L’église est le seul édifice emblématique du village.

Le clocher datant du 12ème siècle est posé (au propre comme au figuré) au centre du bourg.

Ce lourd clocher en grès issu de carrières toutes proches, a été rehaussé au 15ème siècle et coiffé d’une charmante toiture à quatre pignons, agrémentée de gargouilles.

L’intérieur est encore plus modeste : deux nefs parallèles avec un chevet à fond plat.

Pratiquement aucun décor… Et pourtant, de ces vieilles pierres, il se dégage un « charme rural », sobre et rustique : on s’y sent bien…

Elle fut de tout temps pillée, soit brutalement par les gens de guerre du siège d’Etampes en 1652, ou plus insidieusement au cours du dernier siècle, au profit de ses voisines et consœurs mieux dotées, devenant ainsi la cendrillon du diocèse.

Le reste du patrimoine est plutôt vernaculaire. Pour le découvrir, il faut se promener dans le village l’œil aux aguets, ne pas hésiter à s’engager dans les venelles, que ce soit dans le bourg ou les hameaux…

  • regardez ces escaliers en pierre qui donnent accès à l’étage.
  • Voyez ces épis de faîtage ou ces girouettes avec leur « rose des vents » : quelles soient anciennes ou récentes, elles sont les cartes de visite du maître des lieux… Même Montaigne veille sur la population.
  • Certaines maisons ont gardé les barbacanes de ventilation des greniers, permettant au foin de sécher…
  • Des décors de contrevents, croissants de lune, ou as de cœur égaient la façade quand les volets sont clos…
  • La vallée étant sèche, toutes les maisons anciennes disposent d’une citerne pour récupérer les eaux de pluie. Il y a sur le plateau deux puits de plus de 100 mètres de profondeur, les autres dans le bourg avaient 30 mètres.
  • Quelques maisons bourgeoises datant de la deuxième moitié du 19ème siècle, témoignent de la réussite de certains notables…

                     montaigne          bloch         

De grandes fermes, isolées ou au cœur du village ou des hameaux, sont protégées par des hauts murs sur un plan rectangulaire : souvenir du temps où les « chauffeurs* » écumaient la région…

 

Comme illustre personnage, Philippe de Champaigne (1602-1674) un des grands représentants du classicisme pictural, peintre officiel du jansénisme, aurait eu une maison à Videlles, afin d’être plus proche de sa fille handicapée, nonne chez les Sœurs de Port-Royal dans l’abbaye de Mondeville.

 

Videlles, ce n’est pas une carte postale figée, mais un village qui a gardé son âme. Il faut l’approcher en douceur, et si vous êtes pressés, le mieux est de vous faire guider par quelqu’un du pays…

* – Bandes armées qui attaquaient les fermes isolées, et avaient coutume de bruler les pieds des maîtres des lieux pour leur faire avouer où était caché le magot…